• Are you alive ? 

    Bonjour à tous ! 

    Je ne sais pas si c'est juste moi, mais lorsque je commençais à vouloir de mon blog une chose sérieuse, j'ai décidé de demander au Saint Google ce que je pouvais faire afin d'obtenir plus de visiteurs et les fidéliser. J'ai pu alors trouver sur internet une foule de conseils destinés aux personnes se lançant dans le blogging : avec l'arrivée des revenus publicitaires sur de nombreuses plateformes, il n'est pas étonnant que beaucoup de personnes aient désiré faire de leur blog quelque-chose de rentable. J'avoue que mon titre va un peu loin : j'aimerais pourtant qu'ils se présentent moins comme quelque-chose qui se doit d'être respecté à la lettre. Il y a t'il une recette miracle pour faire de votre blog quelque-chose qui aura du succès ? La réponse est non. Sinon, je pense qu'à peu près la moitié d'Eklablog serait devenu riche suite à l'implantation du partenariat publicitaire (spoiler alert  : ce n'est pas le cas). 

    J'admets que ces conseils ne sont pas totalement dénués de sens. Il est vrai que pour se construire une audience, il convient de publier régulièrement : bien souvent, un seul article par semaine ne suffit pas. Pourtant, je trouve que ce type d'injonctions à la publication d'articles quoi qu'il arrive, à grand coup de programmation, planning etc. un peu artificielle. Si cela fonctionne au niveau des chiffres, cela ne me procure aucun plaisir. Or tout le problème est là : pour moi, bloguer doit avant tout rester un plaisir. Si ce qui me plaît me permet de faire des visites - j'avoue avoir été vraiment très satisfaite quand j'ai quelques de mes articles ont eu du succès - tant mieux ! Mais je trouve ça totalement inutile de se forcer à publier si l'on en a pas envie. Ce n'est pas parce qu'on a envie d'écrire un seul article par mois ou toutes les deux semaines que l'on est pas blogueur : la fréquence ne définit pas la validité et la joie que vous procure votre projet. Au contraire, la publication forcée à mon sens nuit à un blog qui débute, car elle donne des articles plats et vides de sens qui n'apportent aucun plaisir à la lecture.

    Il en va de même pour la forme des articles. Beaucoup disent : investissez dans un appareil photo, faites de jolies mises en scène. Consultez des banques d'images libres de droits. Payez un web-designer. Les gens privilégient des articles qui se lisent entre tel et tel nombre de minutes, privilégiez donc un tel nombre de mots. Je comprends d'où cela vient : si vous tirez des revenus de votre blog, il faut que tout ce que vous utilisez soit libre de droits, sous peine de poursuites. Si vous ne monétisez pas, rester respectueux (en ne repostant pas de fanarts par exemple) est largement suffisant. Sinon, je trouve que faire des mises en scènes pour les livres, etc, n'est pas obligatoire. Certains ont de bonnes idées, et arrivent à faire des choses jolies : mais pas besoin pour ça d'un très bon appareil photo. Et par pitié, ne vous forcez pas à en faire si vous n'aimez pas ça, il n'y a rien de pire que des produits posés au milieu d'une mise en scène sans aucun goût et qui n'apporte rien a smilbick... "Ce qui plait sont les photos modernes, lumineuses et soignées"; honnêtement, si vous voulez juste prendre une photo de votre bouquin sur votre bureau, il suffit juste que ce soit droit et pas trop mal cadré et ça passera. Puis j'ai envie de vous dire : si vous avez envie de faire des articles qui prennent une ou dix minutes à lire, faites le. Si c'est intéressant, je ne vois pas pourquoi il faudrait se priver d'un article enrichissant, juste parce que c'est "trop long". 

    J'ai pu aussi lire : laissez des commentaires sur d'autres blogs influents, cela fait des liens pour le réferencement et en plus cela pourrait vous attirer des visiteurs. Rien de mieux qu'un commentaire pertinent sur un blog connu ! Personellement, je trouve que c'est du bullshit. Je dis bullshit mais pas seulement. Non mais on est où, je veux bien que les intéractions entre blogueurs soient importantes - mais elles devraient être motivés par ce qu'elles nous apportent en terme de référencement et de communauté ??? Et le côté humain dans tout ça ? Le blogging devrait être un moyen de faire des rencontres, des amis, on est pas en train de se faire un carnet d'adresses, que je sache ?? Je suis quoi moi, une directrice de la start-up le couverdure ?? Bha merde alors ! Pour reprendre les sages paroles d'Afida Turner : "fuck you on est des vraies personnes".

    Enfin bon, je vais sans doute avoir l'air un peu vieux jeu avec cet article, mais si vous voulez faire un blog : faites ce que vous voulez. Faites le à votre image. Si votre image est quelque-chose de propre et de professionnel, faites le. Mais si vous êtes une bordélique un peu cassée et un peu vulgaire comme moi : faites le aussi. Pourquoi investir des fortunes dans des logiciels, des gens, quand on débute à peine ? Merde alors, moi, ça fait dix ans que je blog, et j'expérimente encore des choses au niveau du format. Se forcer à rentrer dans des cases pour être productif, c'est se risquer à ne plus rien publier du tout (regardez ce qui est arrivé à mon ancien blog). Pourquoi être en tête du référencement google quand on sert une soupe insipide et déjà lue 100 fois ? C'est vraiment ça votre projet dans la vie ? A part de faire en sorte d'aimer et de s'épanouir dans ce qu'ils font, le seul conseil que l'on devrait donner aux nouveaux blogueurs et de ne surtout pas oublier de mettre une description à leurs images afin de rendre leurs blogs accessibles aux lecteurs d'écran. 

    Partager via Gmail

    10 commentaires
  • Emma allongée dans l'herbe 

    Bonjour à tous ! 

    Aujourd'hui, je voudrais vous parler d'un anime que vous connaissez sans doute déjà (et détestez probablement si vous me suivez sur mon compte Twitter) : The Promised Neverland. Avec la seconde saison de Mob Psycho 100, il s'agit d'un des gros animes de cette saison à mon sens. Il s'agit d'un anime du genre shonen de 12 épisodes,  déjà renouvellé pour une deuxième saison qui sortira en 2020. On y suit de jeunes enfants qui vivent paisiblement dans un orphelinat sous la supervision d'une gardienne nommée affectueusement maman, et que les jeunes considèrent avec toute l'affection qu'ils donneraient effectivement à une mère. Parfois, certains enfants on la chance de se faire adopter, et une fois sortis, ils vivent une vie tellement heureuse qu'ils ne pensent même plus à contacter leurs anciens amis... En tous cas, aucun enfant ne reste dans l'orphelinat après ses douze ans, car ils rencontrent tous une famille merveilleuse et vivent en paix dans le monde extérieur qu'ils n'avaient alors jamais vu.

    Où est-ce vraiment le cas ?

    Emma découvre qu'elle est en fait un steak haute qualité 

    Car The Promised Neverland est avant tout un survival. Le cadre que je viens de décrire est bien celui dans lequel ils vivent, bien confortablement.... Dans le mensonge le plus total. Il ne s'agit non pas d'un orphelinat mais bien d'un ferme, ou les enfants humains sont élevés pour les qualités gustatives de leurs cerveaux. Leur mère est effectivement une gardienne, chargée de surveiller qu'aucun des enfants ne s'échappe... C'est ce qu'Emma et Norman, deux des trois enfants les plus vieux, apprennent un soir alors que Conny partait pour se faire adopter... La jeune fille avait oublié son lapin en peluche, et sous l'impulsion de Ray, le troisième du groupe des plus agés, ils décident d'aller le lui amener. Sauf qu'ils n'arrivent pas assez vite : ne pensant rien faire d'irréparable, ils décident de braver l'interdiction de sortir et voient des démons ainsi que leur amie, déjà sans vie. Ils ont la chance de ne pas se faire voir d'eux ni de maman, et décident de rentrer illico presto avant que malheur arrive. Après avoir mis quelques autres enfants de confiance au courant, Ray, Emma et Norman décident d'une chose : il faut s'échapper avant que d'autres membres de leur famille ne soient envoyés droit à la mort.

    Le plot est somme toute celui d'un survival assez classique : c'est dominer ou être tué. Pour tout avouer, je n'étais pas du tout emballé par cette série et ne l'ai regardé que parce que mon copain m'avait dit de le faire et que j'avais alors beaucoup de temps à perdre : ce fut une des meilleures idées que j'ai pu avoir ces dernières semaines. L'anime est vraiment bien fait, et ne souffre à mon sens pas trop de la comparaison avec le manga. Un des principaux reproches qui lui a été fait, c'est qu'il ne prenait pas le temps d'alterner les moments de tension avec les scènes très douces et magnifiquement illustrées que l'on a dans le manga, comme celle où Ray prend Emma et Norman en photo, ou celle ou Ray enlace Norman et Emma de manière protectrice. Il faut se rappeller que l'anime ne fait que 12 épisodes : faute de pouvoir prendre son temps comme dans le manga, il est allé au nécessaire. Ces scènes sont présentes, mais montrées avec beaucoup moins d'émotions que dans la version papier, afin de garder une ambiance sombre et glauque. C'est un parti pris comme un autre : il dépeint un monde dans lequel les enfants ne sont à peine plus que de la chaire à saucisse, et où ils sont en danger de mort constant. Mais c'est aussi ce qui faisait la puissance de ces scènes : dans un monde où tout est sombre, il faut des moments où les personnages et le lecteur puissent souffler. Par contre, l'anime est extrêmement fort à créer de la tension : qu'il s'agisse de la bande son ou de la mise en scène, tout pousse le spectateur à vouloir avoir la suite. Même moi qui avait déjà lu le manga, je voulais avoir la suite ! 

    Ce que j'apprécie particulièrement aussi, c'est la justesse de la construction des personnages : qu'il s'agisse des gentils ou des moins gentils, la série ne laisse rien au hasard. Chacun est doté d'une profondeur certaine, et est écrit de manière nuancée.  Et surtout : aucune mort n'est vaine, ce qui est quand même appréciable dans ce genre de série !

    Enfin bref, je ne vais pas tourner autour du plot plus longtemps : 

    Regardez The Promised Neverland 
    (comme ça vous serez là pour mes articles de grosse nerd.... svp)

    En plus, les openings et les endings sont super sympa : 

      

    (j'ai pas mis le deuxième ending parce qu'il spoil comme une petite saleté)

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • Bonjour à tous !

    Eklabugs est un projet qui regroupe tous les mois un certain nombres de blogueurs autour d'un thème commun, voté plus tôt dans le mois (vive la démocratie !). Ce mois-ci, le thème ayant séduit le plus de personnes est la lumière, alors j'ai décidé de vous parler de la lumière de ma vie : le fromage, et plus particulièrement le gouda.

    Quel rapport avec la lumière ? Eh bien, sachez que vivre à l'étranger est très difficile lorsque l'on est français. Outre la baguette, ce qui manque le plus est le fromage... Et le fromage français, cela coûte très cher, même aux Pays-Bas. Étais-je donc destinée à mourir de tristesse sous la bruime néerlandaise ? Apparemment, pas cette fois-ci.

    Jsais pas c'qu'ils ont glissé dans mon verre-
    Pour que la nuit devienne la lumière-
    J'ai vu la lumière ! Hallelujah !
    Hallelujah !

    Soudain, une portion de ciel se dégagea et laissa apparaître un rayon de soleil. Comme si j'avais vécu jusqu'à maintenant seulement pour arriver à cet instant... J'ai eu une illumination. C'est le gouda est arrivé comme un petit soleil dans le ciel gris de ma routine néerlandaise.

    Comment douter une seule seconde de ce qui rend les néerlandais si heureux ? De pourquoi ils ne trouvent pas leur météo si désagréable que cela ? C'est parce que notre satellite n'est pas la seule source de soleil dans leur vie - ils ont ce magnifique fromage, rond, orange, qui invite lui aussi au bonheur. Et il est socialement acceptable d'en glisser absolument partout : dans ses pâtes, dans les sandwiches, et même dans un dîner peu goûtu. En plus, les néerlandais on même un ustensile spécial pour couper le gouda vieux ou jeune sans effort ! Je pousse même le sacrilège jusqu'à en manger avec mon thé... Il est devenu mon meilleur ami, mon compagnon, pendant mes longues et grises journées néerlandaises. J'ai peut-être tendance à exagérer mes problèmes, mais je sais que quand j'ai l'impression que le monde est triste et que ma vie n'a aucun sens, je n'ai cas prendre la direction du frigo pour y trouver mon réconfort...

    Vous l'aurez compris : il fait beau dans mon coeur depuis qu'il s'y trouve une place pour le gouda. L'époque dans laquelle nous vivons n'est pas toujours facile : prenons nos sources de lumière dans ce qui nous entoure au quotidien.

    You are my sunshine, my only sunshine,
    You make me happy when skies are grey.
    You'll never know, dear, how much I love you,
    Please don't take my sunshine away...

    Mrs Swadloon

    Featured : Orelsan, La Lumière, dans l'album La Fête est finie (2017)
    Johnny Cash, You are my Sunshine, dans l'album Land of the Free Home of the Brave (1969)

    Ils ont aussi participé à Eklabugs en Mars 2019...
     Chtite Fourmi - [Projet #Eklabugs] La (ou plutôt Les) Lumière
    Eyael_ : Projet Eklabugs : Lumos Maxima !
    Nyeh : EklaBugs #44 - Des Ténèbres à la Lumière 
    Gaellah : Light 
    Ryuu-chan : Les phares, problème de santé publique ?
    Mimicat : Eklabugs #44 - Lumière invisible 
    (edit : pardon du retard pour l'ajout)

    Partager via Gmail

    22 commentaires
  • A l'occasion du film de Magical Doremi, un peu de nostalgie
    Source

    Bonjour à tous !

    Je voulais partager ma joie quant à une publication qu'il m'a été donné de voir ce matin : un film de magical doremi serait prévu, et il commencerait à être produit en 2020 ! Pour rappel, la saga fêtait ses 20 ans ce février... Sur l'image, on peut voir les personnages principaux de la saga que nous connaissons déjà, mais aussi ce qui ressemble à de nouvelles apprenties ?! Je me demande vraiment ce que le film va nous réserver, et si nous aurons la chance de pouvoir le voir via une alternative légale en France.

    Pourquoi tant d'enthousiasme pour un anime qui a déjà 20 ans et s'adresse a priori à des enfants ? Parce que comme je l'ai déjà dit, je dois une grande partie de mes gouts actuels aux Magical girls, et celui-là en particulier, qui a bercé toute mon enfance. Si j'ai été traumatisé par l'épisode 30 (ainsi que -et particulièrement - celui du test de courage) qui montre des enfants se baladant tranquillement dans un cimetière la nuit pour parler à des enfants, j'ai aussi été très marquée par les musiques de cet anime et particulièrement les endings, que je trouve très doux ! Je préfère d'ailleurs les versions japonaises pour les deux premiers, car la vf avait fait le choix de ne conserver que l'instrumental pour cela, alors que les paroles sont vraiment jolies...

      
    Dans l'ordre : l'ending 1, l'ending 4 et

    Je veux dire... Les feels... Même sans parler la langue, on ressent l'émotion qui s'en dégage ;; D'ailleurs si vous voulez vous voulez vous faire encore plus du mal, j'ai réussi à trouver la fin de l'anime ici (vosten).

    C'est encore plus flagrant quand on voit la pèche qu'avaient les openings omg... Pourquoi nous faire souffrir avec de telles musiques juste avant d'aller en cours ????? Regardez par exemple le générique 3, je me souviens qu'il me mettait en pls absolue... AUCUNE NOSTALGIE POURQUOI FAIRE UNE MUSIQUE SI NOSTALGIQUE ALORS OUIN... Le pire c'était le quatrième... Mais le deuxième en vo était pas mal aussi dans le genre... Laissez moi... I'm soft... Rien que d'entendre les ost me rends si nostalgique... D'ailleurs ma préférée était Mahou de Choi², quand cette musique se lançait, TU SAVAIS QUE QUELQUE CHOSE DE SUPER BADASS ALLAIT ARRIVER. Aujourd'hui encore, je m'éclate dessus sans aucune honte. Non mais.

     

    Omg les openings en français... J'ai fait un voyage dans le temps rien qu'en voyant le bandeau "sous titrage teletexte". L'adaptation des paroles était plutôt bien faite, c'est sans doute très différent de ce qui se dit en japonais car l'esprit n'est pas le même, mais je trouve que cela fonctionne bien !

    (Oui vous vous attendiez à un article construit et vous avez trois paragraphes de moi qui fangirl mdr)

    Bref, je voudrais remercier France 5 d'avoir diffusé ce merveilleux anime, c'était vraiment une très bonne série et je suis contente que contrairement aux américains (qui n'ont diffusé que 26 épisodes), nous ayons eu la chance d'avoir l'intégralité de cet anime diffusé à la télévision ! J'ai vraiment hâte de voir ce que la suite nous réserve. Et honnêtement, si vous aimez les magical girl, ce n'est pas parce que vous n'êtes pas un enfant que vous êtes trop vieux pour Dorémi Magique, croyez moi...

     EDIT :

    Une vidéo de preview pour le film est sortie !!! J'ai si hâte !!! En plus ils ont mis le premier ending en fond, ils jouent sur la carte nostalgie... Je sens que ça va être bien, j'ai vraiment hâte ! Magical Doremi, j'espère que tu vas continuer à me faire pleurer encore longtemps...

    Partager via Gmail

    9 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires