• Salut la compagnie ! 

    Aujourd'hui j'ai envie de vous raconter ma merveilleuse vie d'étudiante Erasmus aux Pays-Bas, parce que pourquoi pas. Ce n'est qu'un témoignage comme on peut en trouver des centaines d'autres sur le net, mais qui sait ! Je voulais proposer le mien car je suis actuellement à mi-chemin (je suis arrivée en septembre et je pars en juin, si tout se passe bien), et que jusque ici, je n'ai rien trouvé qui soit en demi-teinte. Quand on lit les avis sur internet, il y a deux cas de figure : 

    1. Les étudiants qui ont passé le pire moment de leur vie, complètement isolés, à pleurer tous les soirs sur Skype et roulés en boule devant Netflix 
    2. Les gens qui ont vécu la meilleure année de leur vie, se sont fait des amis tout autour du monde et ne regrettent absolument pas d'être partis.

    Honnêtement, je ne me retrouve pas du tout dans ces témoignages. Je ne regrette pas d'être partie aux Pays-Bas : l'université et le pays sont super, le cadre idéal. On y est certes bien ventilés et bien arrosés, mais bon, quand on revient après un mois, on arrive même à trouver le vent venant de la mer du Nord agréable ! Mais je n'irais pas jusqu'à dire que c'était la meilleure année de ma vie. Déjà parce que je n'ai que vingt ans, et que j'espère avoir plein d'autres années pour pouvoir comparer (mais sait on jamais). Ensuite parce que bha... Ce n'est ni tout blanc, ni tout noir en fait. Il y a plein de trucs cool,comme  la fac, les gens, le pays, découvrir de nouvelles choses. Mais y'a aussi plein de trucs moins cool, genre les départs, les arrivées, l'ajustement, l'isolement... On peut lire sur internet que "partir en Erasmus ne fera pas de vous une nouvelle personne", ce qui n'est pas totalement faux, mais pas totalement vrai non plus. Il y a des choses auxquelles tu ne penses pas avant de partir : par exemple, j'ai bien moins de répartie et de sens de l'humour en anglais qu'en français, et je suis bien plus timide aussi. Je me suis toujours fait au moins une amie en deux jours en cours, même si je ne suis pas très à l'aise en société. Mais la langue, ça rajoute une barrière, même si ton niveau est assez bon. En plus, il est difficile d'appréhender les locaux, car ils ne vous considèrent que comme quelqu'un de passage et ne viendront donc pas forcément vers vous. Par contre, on découvre plein de choses/gens/méthodes différentes etc., et ça c'est vraiment vraiment cool. J'aime vraiment l'endroit dans lequel je suis : il y a des pistes cyclables, des mouettes, des bateaux et des fleurs. Cela me suffit ! 

    J'ai aussi pu découvrir des choses sur moi-même. J'ai beaucoup moins d'heures de cours, ce qui a réveillé la weeb qui sommeillait en moi. Je pensais sincèrement avoir laissé cette période de ma vie derrière moi............ Mais ma phase kikoo japon uwu était en fait là, prête à reprendre le dessus dès que mon esprit ne serait plus obsédé par l'université : j'ai pu m'engloutir tout fma et tout steins;gate (entre autres), et quand même passer avec plus de 14 de moyenne. J'ai redécouvert les soirées sur Osu, Dofus, Pokémon. Honnêtement, j'ai l'impression d'être retournée mentalement au stade du collège ou du lycée, mais je m'amuse bien et surtout je profite de ce temps que je sais que je n'aurais plus une fois retournée dans le système français ! C'est bien de faire de la merde tant qu'il est encore temps (je rentre en master l'année prochaine donc...)

    J'avais aussi pu lire des témoignages alarmants concernant les amitiés, que les amis n'attendaient pas un an etc., ce qui est complètement alarmiste et pas totalement vrai. Ça dépend juste des gens avec qui tu traînes ; je reçois des messages de mes amis quasiment quotidiennement, qu'il s'agisse de nouvelles fraîches ou juste de memes. J'ai même quelqu'un dans ma vie... En fait la distance c'est comme tout, c'est un peu ce qu'on en fait. Si tout le monde à la volonté et fait des efforts, cela peut très bien marcher ! 

    De beaucoup de gens, et je suis d'accord, il y a deux choses qui manquent le plus : les animaux de compagnie et la nourriture (pardon maman, pardon papa)...  Je peux passer une heure au téléphone avec ma mère, mais difficile de choper le chat pour faire un Skype avec... Au final, on attrape des réfléxes bizarres : je me souviens encore de la journée de novembre où j'ai trouvé LA baguette parfaite. C'est totalement cliché, mais c'est assumé ! J'ai hâte de retrouver le pain en rentrant. 

    Si jamais vous avez l'occasion et les moyens de le faire, faites le ! Il faut juste être préparé psychologiquement à devoir gérer les inscriptions, la paperasse et l'incompétence de deux secrétariats à la fois. Mais promis, ça vaut le coup. Et si vous avez déjà eu la chance de partir quelque part, n'hésitez pas à venir me raconter comment ça c'est passé pour vous, je suis à 100% pour les confessions noctures (mais aussi pour les confessions diurnes ne vous en faites pas).

    Voilà voilà ! Je profite qu'il soit tard pour raconter ma vie (j'ai un autre article de prêt en hors-ligne mais je vais préparer celui-là parce qu'à cette heure là c'est plus approprié, haha). Je ferais un article pour vous parler de mon expérience aux Pays-Bas de manière un peu plus spécifique un autre jour.

    Bonne nuit ~ 

    Mrs Swadloon

    Partager via Gmail

    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique