• Bonjour à tous !

    En ces temps perturbés, j'avoue ne pas me livrer à beaucoup d'autres activités qu'Animal Crossing (ma scolarité me déteste). Je poste mon avancée de manière sporadique sur les réseaux sociaux, mais je me suis dit que ça pouvait être sympa pour moi de revoir les screenshots de mes débuts quand j'aurais plus avancé sur le jeu... En tant que joueuse, j'aime aussi beaucoup voir ce que font les gens sur leur île, alors si une personne qui joue passe par là, ce serait un plaisir de discuter ! À titre d'informations, je tiens à préciser que c'est mon tout premier jeu Animal Crossing, et que je ne connaissais donc pas les mécaniques du jeu. Ma progression est donc sans doute plus lente et beaucoup moins marquée que celle d'une personne y ayant déjà joué, mais je m'amuse bien, et c'est le plus important n'est-ce pas ?!

    Mrs Swadloon joue à Animal Crossing : épisode 1

    A deux jours de jeu, j'avais réussi à faire mon premier champ de tulipes ! Il s'est depuis beaucoup agrandi...

    J'aime beaucoup trop planter des fleurs sur ce jeu : j'en ai absolument partout... Comme j'aime beaucoup les tulipes, on m'a demandé plusieurs fois si j'essayais de recréer les Pays-Bas. J'avoue que je ne l'avais pas envisagé ainsi, mais la question se pose...

    Lire la suite...

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • sasha ketchum pokémon sun and moon

    SASHA KETCHUM SAID

    RESTEZ CHEZ VOUS BORDEL DE CUL

    (merci)

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Sakura, Tsubasa Reservoir Chronicle

    Bonjour à tous !

    Histoire de patienter pendant le confinement et mes prochains articles (je ne sais pas encore sur quoi écrire, mais je trouverai sûrement bien quelque-chose), je vous propose un bref article que j'avais écrit pour le journal de mon université. J'espère que cela vous intéressera !

    Des bisous,

    Mrs Swadloon

    *

    À la découverte des mondes de Tsubasa Reservoir Chronicle

    Dire que le thème du voyage est courant dans nos fictions est un lieu commun : rituel initiatique par excellence, il permet la découverte de soi et des autres. Dans le manga Tsubasa Reservoir Chronicle, le collectif CLAMP pousse le concept à son apogée. Le lecteur y suit les aventures de Shaolan, un jeune garçon qui voyage à travers les univers. Sakura, son amie d’enfance et princesse du royaume, est soudainement victime d’une magie inconnue. Ses souvenirs se matérialisent alors sous forme de plumes avant de s’éparpiller dans différents mondes, ce qui la laisse inconsciente et amnésique. Lorsqu’il apprend que seule la réunion des différentes plumes peut lui permettre de recouvrer totalement sa mémoire, Shaolan, accompagné de Fye et Kurogane, ses compagnons de voyage improvisés, décide de rassembler les différents fragments de la mémoire de Sakura, quels que soient les dangers à affronter.

    Avec une intrigue bien ficelée et riche en rebondissements, les CLAMP nous présentent dans ce manga un univers magique complexe et bien plus sombre qu’il n’y paraît au premier abord. Un des points forts de l’œuvre est que Shaolan ne fait pas que rechercher les plumes dans les univers qu’il visite. La petite bande se retrouve immergée dans la culture des univers visités, et aide à la résolution de divers problèmes, souvent causés par l’influence magique des plumes de Sakura. On s’attache bien vite aux univers découverts et à leurs personnages, qui sont tous marquants à leur manière. L’œuvre est aussi riche en références à d’autres créations du groupe : plus de vingt ans de carrière, ça laisse de la matière ! On retrouve ainsi des personnages et des croisements avec des séries comme X, Tokyo Babylon, xxxHolic ou encore Card Captor Sakura. Ainsi, Tsubasa Reservoir Chronicle se présente comme un moyen tout trouvé pour s’immerger dans l’univers de ces autrices.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Pokémon sun and moon

    Bonjour à tous !

    Je vous retrouve aujourd'hui avec un article étrangement de niche : les articles universitaires que j'ai consulté à propos de Pokémon. En effet, j'ai effectué un de mes dossiers de fin de semestre sur cette série, et j'ai appris deux trois petites choses, que je voudrais vous faire partager !

    1 - Pokémon est un outil puissant d'apprentissage

    Vivian Vasquez est une chercheuse dont le travail porte sur l'alphabétisation et l'apprentissage des jeunes enfants. Une de ses thèses est la notion de littératie critique (critical literacy), qui veut que l'apprentissage et la compréhension du monde par les enfants est une expérience vécue, située dans les cercles dans lesquels il évolue (en gros). Gardons ceci en tête. Un jour, alors qu'elle se rendait dans une supérette, elle reconnaît sur un paquet de cartes à collectionner des personnages d'un des dessins animés que regarde son enfant, et décide de lui en acheter. Vous l'aurez sans doute déjà deviné : ces cartes, ce sont des cartes Pokémon. Au fil des jours, Vivian Vasquez, aussi universitaire de profession, à l'occasion d'observer la manière dont son enfant s'approprie l'objet. Elle remarque alors que, loin d'être passif, les cartes Pokémon prennent une place à part entière dans l'univers de l'enfant : il invente des Pokémons, crée ses propres cartes... Le visionnage de l'anime est aussi un moyen de s'initier à d'autres cultures, tandis que la collection des cartes implique de connaître leur valeur et leur rareté, ainsi qu'un code spécifique.

    Mais la maman observe un autre phénomène : avide de connaissance à propos de la licence, son enfant développe une capacité à se rendre sur internet, pour en apprendre encore d'avantage. Lui et ses amis impriment des sites qu'ils s'échangent, il visite des librairies et apprends à naviguer rapidement dans le texte pour trouver une information. Cela lui apprend également les usages d'un groupe spécifique et le social. En gros, on voit bien comment Pokémon illustre ici le rôle de la fiction et de la culture populaire dans l'apprentissage des enfants qui en sont fans, ce qui est renforcé par la présence de la franchise sur plusieurs supports. J'avais par exemple rencontré quelqu'un qui avait appris à lire avec Pokémon (coucou si tu me lis). Bref, la prochaine fois que quelqu'un vous dit que Pokémon ou les animes ne sont destinés qu'à abrutir les enfants, vous pourrez leur envoyer cet article.

    2. La réception de Pokémon nous dit quelque-chose de notre perception du genre

    "On parle de Pokémon, pourquoi vient-elle nous parler de genre ?", allez-vous me demander. Et bien, parce qu'un groupe de chercheurs2 à mené il y a quelques années une étude sur des jeunes adultes et des enfants. Résultats ? Le personnage le plus romantique serait Ondine, le meilleur dresseur Sasha, Jessie la plus agressive, et James le dresseur le moins compétent. Dans le cas de ce dernier, cela était accentué par le fait qu'il était jugé le plus négativement sur les traits masculins, représenté comme même le personnage le plus passif. Ce que cela montre, c'est qu'il ne fait pas bon genre de ne pas être fidèle aux normes imposées par son sexe : les portraits des méchants contredisent méthodiquement le rôle traditionnel accordé aux hommes ou aux femmes.2 L'étude pointait aussi du doigt le manque de personnages féminins (ce qui est important pour l'identification et la construction des enfants), mais cela s'est corrigé avec les saisons sorties ensuite. Voir comment les enfants et les gens perçoivent les personnages de Pokémon peut ainsi dire quelque-chose de la perception du genre dans notre société.

    3. Pokémon GO est bon pour la santé, mais seulement le premier mois.

    Plusieurs chercheurs se sont penchés sur le rôle que pouvait avoir Pokémon GO sur la santé. Pour ceux qui ne connaissent pas, Pokémon GO est une application qui permet de jouer à chasser des Pokémons en utilisant l'environnement réel, grâce à la géolocalisation et l'appareil photo d'un téléphone portable compatible. Si les chercheurs montrent que les joueurs retirent de réels bénéfices sur leur santé de leur pratique du jeu, force est de constaté que les effets ne durent pas longtemps : seulement une vingtaine de jours3. En cause ? Le désintérêt progressif du jeu. Cependant, une pratique régulière du jeu permet d'être en meilleure santé, voire même d'avoir de nouvelles socialisations. La conscience des bienfaits sur le corps motive d'ailleurs certains joueurs, et pourrait être utile pour certaines campagnes de santé4...

    *

    En conclusion, Pokémon est un sujet de recherche fertile, qui permet de nous aider à comprendre plein de choses : comme la saga s'inscrit dans et façonne nos imaginaires, comment elle nous instruit, ou modifie nos pratiques quotidiennes. C'est aussi une saga que j'adore, et qui m'a apporté énormément : c'est pourquoi je voulais partager ceci avec vous. J'espère à vous réussi à vous intéresser !

    Et sur ce, a plus !

    Mrs Swadloon

    ________________________

    Articles cités (dans l'ordre d'apparition)

    1Vasquez, Vivian. "What Pokémon Can Teach Us about Learning and Literacy" (2003), JSTOR, https://www.jstor.org/stable/41484188
    2Ogletree, Shirley M. Martinez, Cristal N. Turner, R Trent. Mason, Brad. "Pokémon : Exploring the Role of Gender", (2004), dans la revue Sex Roles
    3Ma, Ben D. Leung Ng, Sai. et al. "Pokemon GO and Physical Activity in Asia : A Multilevel Study", (2018) Journal of Medical Internet Research
    4Kaczmarek, Lukas Dominik.   Misiak, Michał. Behnke,  Maciej. Dziekan, Martyna. Guzik, Przemysław. "The Pikachu effect: Social and health gaming motivations lead to greater benefits of Pokémon GO use" (2017), Computers in Human Behaviors.

    Partager via Gmail

    15 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires