• (je suis toujours en vie, je reviens bientôt)

    Partager via Gmail

    9 commentaires
  • Aujourd'hui, j'ai tristement appris la nouvelle du décès du compositeur Wowaka, emporté à 31 ans par une crise cardiaque.

    Je ne sais pas si beaucoup d'entre vous connaissaient ici sa musique, car il était principalement connu pour ses chansons de Vocaloid. Personnellement, c'était un de mes compositeurs préférés, à tel point que j'ai continué d'écouter sa musique même après ma phase vocaloid, que certains ont connu. Avec lui, c'est mon adolescence qui s'en va, et j'avoue avoir versé ma petite larme en voyant la nouvelle au réveil.

    Petit rappel pour ceux qui découvriraient les vocaloids à cette occasion : il s'agit de logiciels de composition vocale. Aucune des voix que vous n'entendrez dans les chansons ne sont réelles, sauf qu'il s'agit de reprises. Aux différentes voix correspondent différents noms (hatsune miku, rin et len kagamine) et visuels : il s'agit de véritables chanteurs virtuels. Il est d'abord possible de les voir en concerts, grâce à des hologrammes ! 

    Son autre nom, Genjitsutouhi-P, signifie "s'échapper de la réalité". J'espère qu'il est aujourd'hui parti vers un endroit meilleur ! Niveau vocaloid, il est surtout connu pour des chansons qui utilisent Hatsune Miku, même si certaines en incluent d'autre comme Megurine Luka ou Gumi. Lorsqu'il a commencé à se produire en 2009, il annonçait être débutant : pourtant, ses chansons ont de suite été remarquées pour leur qualité. D'ailleurs, les chansons qui reviennent le plus souvent en tête lorsque l'on parle de wowaka datent du début de sa carrière, en 2009 et 2011. Cependant, il a quand même publié de très bonnes choses ensuite ! J'aime d'ailleurs beaucoup l'esthétique de ses clips : très simple, minimaliste, et en nuances de gris. 

    Personnellement, mes trois chansons préférées restent Rolling Girl, Unhappy refrain et World's end Dancehall. Je vous propose de découvrir quelques unes de ses chansons les plus connues :

    Ura Omote Lovers 

     

    Il s'agit d'une chanson qui parle d'une fille tombée amoureuse d'un homme qui ne l'utilisait que pour du sexe, et la quitte lorsqu'elle tombe enceinte. Elle avorte ou fait une fausse couche, et essaie ensuite de combler ce vide avec d'autres personnes. Les paroles sont assez vagues, ainsi peut-être ne parlent elles que des difficultés de la vie amoureuse : néanmoins cette interprétation revient systématiquement lorsqu'il est question de cette chanson et aborde des thèmes assez importants. 

    Rolling Girl  
    (attention : mention de dépression et de suicide)

     

    Encore une chanson qui traite de thèmes assez graves : il est ici question d'une fille qui malgré ses nombreux essais, continue d'échouer. Elle fini à la fin par renoncer et se suicider. Je pense qu'elle est la chanson de Wowaka qui a le plus marqué. Beaucoup de personnes traversent des périodes très difficiles, et j'espère que cette chanson les a aider à comprendre qu'ils n'étaient pas seuls.

    World end's Dancehall

    Encore une fois, les paroles sont très vagues ! Même si je ne suis pas sure qu'elles soient exactement joyeuses, j'aime beaucoup le rythme et les dynamiques de la chanson. 

    Unhappy Refrain 

     

    Je voulais absolument terminer avec cette chanson ! Certains disent qu'elle traite d'une insatisfaction de Wowaka quant à la communauté Vocaloid, et de sa tristesse quant au fait que ses chansons ne soient pas vu comme les siennes, mais comme celles d'Hatsune Miku, qui n'est pourtant que "l'outil" utilisé pour synthétiser la voix utilisée. Je ne sais pas pour la communauté, mais dans mon coeur, les chansons de wowaka ne seront jamais que les chansons de wowaka : pas celles d'Hatsune Miku, ni de personne d'autre. 

    Merci à vous d'avoir été là pour moi avec vos magnifiques chansons, vos rythmes entrainants, vos paroles si riches. Merci d'avoir partagé votre travail avec le reste du monde. 
    Juste, merci. 
    J'espère que vous reposerez en paix. 

     

    Partager via Gmail

    20 commentaires
  • tulipe Le printemps aux Pays-Bas, c'est vraiment chouette ! tulipe

    Je sais que je me répète mais je peux voir les champs de tulipes tous les jours en prenant le bus pour les cours ! 
    (J'habite juste à côté du Keukenhof, un jardin de fleurs magnifique où se trouvent plein de tulipes et où il faut que je traine mon copain par la peau des fesses)

    Dès Février, on commence à espérer la fin de l'hiver en voyant les petits crocus sortir courageusement de terre : avant de se faire tristement massacrer par les orages de grésil :( (rest in peace)

    Mieux que les champs de tulipes, les champs de Hyacinthes : les jours de soleil, le vent vous apportera leur odeur pendant que vous faites du vélo. Les hyacinthes, on les sent avant de les voir, et elles aussi ont de très belles couleurs. 

    Partout partout partout, près de tous les canaux de campagne, poussent des narcisses ! C'est vraiment un régal

    Les habitants ont souvent des jardins très fleuris ! Au détour d'une rue, on voit parfois les pétales si caractéristiques des cerisiers au sol. 

    En plus, les jours se rallongent et se dégagent : on commence à ravoir de belles journées ensoleillées et il ne fait plus nuit quand on passe à table.

    Enfin bref, le printemps ici, c'est super quand on aime les fleurs comme moi. Je serais presque triste de voir l'été arriver... Ça vaut vraiment la peine de se taper les cars de touristes et les bateaux de plaisance. 

    (oui j'aurais pu poster des photos, mais j'en ai pas encore des bien)

    Le printemps aux Pays-Bas, c'est vraiment chouette Si jamais tu as trois minutes à perdre, écoute ceci Le printemps aux Pays-Bas, c'est vraiment chouette
    (je m'en lasserai jamais, j'aime l'idée d'être une très jolie fleur)

    cerisier

     

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • April Fool, Watanuki ! (ceci est un article sur Clamp)

    Bonjour à tous ! 

    Nous sommes aujourd'hui le premier avril, ce qui signifie pour beaucoup une journée passée à essayer de piéger son entourage - ou bien a essayer d'esquiver, fatigué par cette tradition. Pourtant, le premier avril marque dans l'univers de Clamp l'anniversaire de deux personnages qui bien qu'assez différents, ne sont pas aussi éloignés que l'on pourrait d'abord le croire : Sakura, de Card Captor Sakura, et Watanuki Kimihiro, de xxxHolic. D'ailleurs, en kanji, le nom de Watanuki fait référence au premier avril... C'est donc l'occasion idéale, non pas de vous coller un poisson dans le dos, mais de revenir sur l'univers de ces quatres autrices. 

    Pour parler un peu d'elles, le quatuor se compose de Nanase Okawa, Mokona, Tsubaki Nekoi et Satsuki Igarashi. Leurs premières oeuvres remontent à 1989, et s'illustrent désormais dans de nombreux genres, tels que le shojo (manga pour jeunes filles), le shonen (manga pour jeunes garçons) ou le seinen (manga pour un public plus adulte, destiné surtout à un public masculin). Elles effectuent toutes leurs séries elles-mêmes, sans avoir recourts à des assitants (personnes chargées d'aider un auteur de manga dans la réalisation de ses oeuvres, car les délais accordés sont très courts). 
    Leur oeuvre se compose de nombreuses séries aujourd'hui emblématiques : Tokyo Babylon, RG VedaXTsubasa Reservoir Chronicle ou xxxHolic. Ce qui peut surprendre, c'est le nombre de séries abandonnées en cours de route, alors parfois même qu'elles avaient du succès, comme X ou Kobato. L'autre surprise, plus agréable, pour le lecteur qui découvre leurs oeuvres est la richesse de leur univers - elle n'a d'égal que celle de leurs dessins, toujours finement travaillés. Certaines séries d'ailleurs ne se lisent qu'en lien avec d'autres : c'est le cas de Tsubasa ou xxxHolic, qu'il est difficile voire impossible de lire individuellement tant certains moments clés des deux histoires sont interdépendants. Aussi surprenant que cela puisse paraître - une connaissance de Card Captor Sakura peut aussi aider à comprendre ces séries. Ainsi, l'univers de Clamp se présente comme une galaxie, où beaucoup d'éléments intéragissent ensemble. 

    April Fool, Watanuki ! (ceci est un article sur Clamp) 
    Pardon Kurogane, ma bataille avec l'éditeur d'Eklablog t'aura couté la tête...

    D'autres références sont moins importantes pour comprendre l'histoire, mais font plaisir aux fans qui connaissent bien l'oeuvre : par exemples, les jumeaux vampires Subaru et Kamui sont présents dans Tokyo Babylon et X, puis dans l'arc de Tsubasa Tokyo Revelations. Il y a aussi un épisode de l'anime de  Kobato où apparaît l'équipe de Shaolan. Pour en revenir au duo Tsubasa/xxxHolic, il est impresionnant de voir à quel point l'histoire des deux a été prévue de concert et ne laisse rien au hasard. D'ailleurs, ce n'est pas anodin si les dates d'anniversaire des deux personnages qui me servent de prétexte à cet article sont identiques - mais je ne vous en dirait pas plus à ce propos, et il faudra vous plonger dans les magnifiques planches de Clamp si vous voulez en découvrir d'avantage. 

    Un dernier point qui me fascine dans leur univers est la façon dont est décrite la magie, que ce soit dans xxxHolic, Tsubasa Reservoir Chronicle ou Card Captor Sakura (désolé, ce sont toujours les mêmes titres qui reviennent, mais ce sont ceux qui m'ont le plus marqué et dont je suis le plus à même de parler). La figure de Clow, mais surtout celle de Yuuko Ichihara me fascinent toujours autant aujourd'hui que lorsque je les ai découvert pour la première fois. Je pense que jamais je ne rencontrerai un personnage me laissant une impression aussi forte, et surtout aussi durable. Elle dégage avant tout du mystère, mais cela est constraté avec un character development travaillé et une touche d'humour bien dosée, qui rendent cette gestionnaire de boutique très agréable. Elle condense à elle seule à peu près tout ce que j'affectionne chez ces autrices. D'ailleurs, le système de compensation, toute somme assez banal - il faut donner quelque-chose de la même valeur que ce que l'on veut recevoir - est ici exploité de manière telle qu'à ma première lecture, j'ai été surprise de voir combien les auteurs l'avaient poussé à son paraoxysme. 

    Quant aux adaptations en anime, je n'ai vu que celles de Tsubasa Reservoir Chronicle, xxxHolic et un épisode de Kobato - je ne fais pas partie de la génération qui a grandi avec Card Captor Sakura à la télévision. Globalement, j'ai beaucoup aimé celle de xxxHolic, qui arrive à bien s'impregner et rendre l'ambiance si particulière qui se dégage de cette oeuvre - les graphismes ne me semblaient pas pourtant des plus aisés à rendre. La bande son est simple mes efficace, et fait encore à ce jour partie de mes préférées. Celle de Tsubasa Reservoir Chronicle par contre reste à ce jour une de mes plus grosses déceptions avec l'adaptation de Pandora Hearts - je n'en garde que les oav des Tokyo Revelations et les superbes ost composées par Yuki Kajiura. 

    Enfin bref - si vous voulez vous plonger dans un univers riche et incroyablement executé et n'avez pas de difficultés à suivre un scénario alambiqué, n'hésitez pas à aller voir du côté de chez Clamp. Je vous le promets, se faire totalement retourner le cerveau n'a jamais été si agréable.

    Partager via Gmail

    3 commentaires