• Eklabugs - On arrête pas le progrès !

    gudetama the lazy egg

    Bonjour à tous !

    Nous nous retrouvons aujourd'hui pour un article publié dans le cadre du projet Eklabugs, une initiative qui regroupe tous les mois des blogueurs autour d'un thème précédemment voté. Cette fois-ci, le vote était un peu spécial : nous devions choisir un jeu de cartes divinatoires au hasard, et composé sur la carte tiré par celui qui aurait le plus de voix. L'oracle bleu a remporté la partie - le seul que je ne connaissais pas, nous invitant donc à composer sur le progrès et l'avancement positif. Un thème pour le moins déroutant pour moi, qui ai tendance à regarder le passé et me morfondre.

    Je ne parlerai pas du progrès en tant que société ou autres, car je ne suis pas sûre d'avoir envie de rentrer das des méditations à la Psycho-Pass ou Black Mirror ici - non pas qu'elles ne m'intéressent pas. J'aimerais parler de l'avancement positif en tant que personne : comment savoir que l'on évolue ? Que l'on devient une meilleure personne ? Il me semble que les jeux divinatoires incitent plutôt à cette introspection, et ce, même quand ils "prédisent" l'avenir. Finalement, ils sont un peu une invitation au voyage.

    "Les riches plafonds, les miroirs profonds, tout y parlerait à l'âme en secret sa douce langue natale"
    Charles Baudelaire, "L'invitation au voyage", in Les Fleurs du mal, 1857

    Ces considérations sur les jeux divinatoires mises à part - après tout, le thème de cet article est le progrès,  pas le tarot - je pense qu'il peut parfois être bon de se rappeler que nous progressons tous. Cela vaut d'autant plus lorsque l'on est dans un milieu scolaire, ou que l'on a une mauvaise estime de soi (voire les deux). Parfois, il faut se rappeler que si l'on a toujours les mêmes notes depuis la première, ou si nos résultats baissent un peu, les exigences ont aussi augmentées et qu'il faut se les réapproprier pour pouvoir progresser. Bref. A quelques semaines de la rentrée, je pense qu'il est parfois bon de se rappeler qu'il ne faut pas mesurer son progrès par rapport aux autres mais à soi-même : c'est quelque-chose que l'on a tendance à parfois oublier. Et c'est particulièrement aujourd'hui avec les réseaux sociaux qui nous projettent au visage toute la journée combien les autres font mieux que nous.

    J'avais originellement écrit un article très long, où je racontais beaucoup ma vie pour faire dans la banalité. Je pense que cet article sera moins bien que celui que j'avais déjà fait, mais c'était celui que j'avais envie de faire.

    J'oublie combien certaines choses comme Eklablog, Osu! ou Twitter m'ont permis d'aller de l'avant. J'y ai rencontré et j'ai passé des moments avec des personnes formidables, dont certaines sont aujourd'hui mes ami-e-s dans la vraie vie et chez qui j'ai pu passer de très bonnes vacances à Toulouse. D'autres mon permis, pendant de longues soirées de shitpost, de passer de bonnes soirées quand je ne voyais quasiment personne aux Pays-Bas. Le pays me manque beaucoup, mais tout n'était pas rose : pendant mon séjour, j'étais pendant quelques mois assez isolée et je n'avais personne avec qui sortir ou me divertir. C'est finalement grâce à Misa et les soirées Osu, puis Twitter, que j'ai pu tenir le coup.Certains peuvent dire "j'ai rencontré certains de mes amis au primaire/collège et je suis toujours en contact avec eux" à 20 ans. Ce n'est pas mon cas - pas avec mes amitiés irl en tous cas... Mes amis d'internet, c'est autre chose. Il y en a que je connais depuis tellement longtemps que finalement, ce sont mes amitiés de plus longue date - j'ai commencé à trainer sur les blogs et les forums dès le cm2, alors vous imaginez... Merci d'avoir éclairé mes journées, mes nuits, d'avoir été aussi cringe que moi. À vous, merci de m'avoir aidé à être, je l'espère, une personne un peu meilleure que celle que j'étais.

    Au début, je pensais que le progrès, c'était d'arrêter d'aimer certaines choses et de commencer à s'intéresser à des choses sérieuses. Finalement, je pense que c'est plutôt faire de manière sérieuse les choses que l'on aime. D'arrêter de dénigrer les choses "nulles" au profit de choses qu'il est plus acceptable d'aimer mais plutôt de reconnaître qu'elles nous ont toutes aidées à avancer, de manière différente, quand nous en avions besoin.

    On dit souvent que les mauvaises choses arrivent quand on s'y attend le moins. Je pense que l'on peut en dire de même pour les bonnes choses. Je suis allée aux Pays-Bas sans motif vraiment valable pour le choix du pays : quand on me demandait pourquoi j'avais choisi cette destination, je n'avais rien à répondre, car rien n'avait motivé ce choix, bien que je me sois renseignée sur le pays après. J'étais nulle en anglais avant d'intégrer la section européenne sur une crise de jalousie - certes, ce n'est pas reluisant, mais je tiens à remercier ma détestable moi du passé de m'avoir assuré sans le savoir un avenir de cette façon (c'est un peu grâce à elle si j'ai eu 18 au bac). J'ai commencé le coréen juste parce que le manuel que ma mère avait acheté puis jamais ouvert se trouvait dans une pile de livres qui avait pris l'eau, ce qui m'avait alors donné l'occasion de le feuilleter. Finalement, je l'ai emprunté et j'ai commencé à faire la première saison d'exercices alors que je ne connaissais rien de la culture coréenne. Quand je me suis inscrite au cours de coréen, on m'a beaucoup demandé, car c'est de coutume lorsque l'on commence ce genre d'activités, pourquoi j'apprenais le coréen, et tandis que tout le monde parlait de son amour pour le cinéma ou la musique coréenne, je me suis retrouvée à parler de jolies lettres de manuels mouillés (ça a le mérite de faire sourire).

    Ce que j'essaie de vous faire ici, ce n'est pas un éloge de la médiocrité (peut-être suis-je un peu médiocre, mais là n'est pas la question). Cela est sans doute un peu convenu, mais faire des progrès, ce n'est pas forcément devenir objectivement "bon" en quelque-chose, ça peut aussi être découvrir ce que sont les choses et les personnes qui nous font du bien - et pour ça, rien de mieux que le feeling. Peut-être que je ne vais nulle part, mais si c'est le cas, je suis contente d'avoir découvert quelques petites choses agréables sur le chemin.

    Peut-être qu'un jour, je ferais des progrès en manière de conclusion d'articles, ou je ferais un article d'Eklabugs qui soit centré sur le sujet où je n'étalerai pas ma vie - mais ça, ce sera pour une autre étape de mon développement personnel. On arrête pas le progrès, comme on dit.

    Et sinon, tu peux aussi aller voir du côté des autres participants :
    Nyeh - Eklabugs #49 - L'oracle bleu
    Eyael - Projet Eklabugs : Pyramid Song
    Pipiou - Eklablugs 49 - Progrès divinatoires↗
    Ryuu-chan - Eklabugs - Une avancée ?
    Mimicat : Eklabugs #49 :Progrès, nécessairement positif ?

    (Mes autres participations au projet :
    Session sur le thème de la nuit - À la faveur de la nuit
    Sur la lumière : Petit éloge du Gouda, le soleil de ma vie)

    « Quels manuels choisir pour apprendre le coréen ?Mes pokémons préférés ! »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 30 Août à 00:17

    Il est choupi tout plein ton article ♥

      • Vendredi 30 Août à 00:17

        Mooooh c'est toi la plus choupi uwu♥

    2
    Vendredi 30 Août à 16:30

    WESH J'AI UNE KASSDÉDI DANS L'ARTICLE WEEEEEEEEESH

    Trop choupi ! Je suis ravie d'avoir embelli tes soirées pays-bas-esques avec quelques multi osu et Twitter shitpost party~

    KEUR KEUR

    PS : On remet ça quand tu veux hein ;) OUPAS

      • Vendredi 30 Août à 17:39
        Quand tu veux je suis toujours là (h)

        DEPUIS LE TEMPS QU'ON SE CONNAÎT TU MÉRITES
      • Vendredi 30 Août à 18:44

        J'vais lancer une news sur Twitter on va voir lol

      • Vendredi 30 Août à 18:54

        je t'attends

        mrs adams buvant son thé

      • Vendredi 30 Août à 19:22

        C'est fait (a)

      • Vendredi 30 Août à 22:37

        omg t'es la best jtm

    3
    Dimanche 1er Septembre à 01:43

    Très touchant ton article et plein de lucidité. Je crois, ma belle, que comme beaucoup d'entre nous qui le cachent bien (ou sont dans le déni ce qui est pire), tu ne t'aimes pas assez. Ce n'est pas une critique, juste une constatation et comme je l'ai dit je m'inclus dans le lot. Mais ça se travaille. En fait, c'est même archi nécessaire pour son épanouissement perso bien sûr mais aussi pour le reste de la planète. Car nos énergies se cumulent les unes aux autres et affectent le champ unitaire (que certains appellent champ morphique mais bref on s'en fout du nom). Donc en travaillant à ton progrès personnel, tu contribues au progrès de l'humanité. Rien que ça, ça devrait te relever dans ton estime.

    J'ai particulièrement apprécié ce passage :

    « Au début, je pensais que le progrès, c'était d'arrêter d'aimer certaines choses et de commencer à s'intéresser à des choses sérieuses. Finalement, je pense que c'est plutôt faire de manière sérieuse les choses que l'on aime. D'arrêter de dénigrer les choses "nulles" au profit de choses qu'il est plus acceptable d'aimer mais plutôt de reconnaître qu'elles nous ont toutes aidées à avancer, de manière différente, quand nous en avions besoin. »

    Tu as tout à fait bien analyser les choses. On est conditionné à des tas de trucs qui vont à l'encontre de notre épanouissement plus nos fausses croyances héritées de nos parents, de nos ancêtres notamment sur le fait que dans la vie on fait rarement  ce qu'on aime, qu'on doit forcément se tuer à la tâche pour obtenir quelque chose et gagner de l'argent, etc, etc. A tel point, que quand j'ai eu ma maitrise avec mention très bien alors que je l'ai écrite d'une traite en deux semaines sans trop rien faire de l'année, j'ai longtemps eu ce sentiments d'illégitimité. Comme si je ne méritais pas parce qu'il aurait fallut que je bosse 10h par jour pour pondre la même chose pour que ce soit légitime. Avec le recul et une perspective un peu plus élevée, je réalise que c'était une croyance qui ne m'appartenait pas et que je m'identifiait à la jalousie des autres. Si j'ai eu cette note, c'est que je la méritais. D'ailleurs c'est que m'a dit une ancienne prof que j'avais croisée dans les couloirs après avoir eu mon diplome. La première qui avait cru en moi alors qu'à l'époque je ne suivais que quelques cours en fac parce que j'étudiais dans une école d'audiovisuel où tout le monde se tire dans les pattes et où les femmes se retrouvent systématiquement scripts, mannequin ou présentatrice (potiche quoi !). Donc tout ce blabla pour te dire qu'il faut absolument identifier tout ce que tu crois (c'est souvent inconscient) et questionner tout ça. Et tu verras que ça n'a aucun fondement. On se fie à nos expériences en attendant que la vie nous prouve le contraire alors qu'en fait ce sont nos attentes qui créent ces expériences et donc un cercle vicieux. Donc faire ce qu'on aime est un moyen de sortir de là. Il n'y a que lorsque l'on croit que ce n'est pas possible ou qu'on ne le mérite pas. Quand on fait ce qu'on aime, tout travail devient un plaisir. Imagine le monde génial si tout le monde faisait selon son cœur. Plus personne n'aurait envie de se foutre sur la tronche, on serait en meilleure santé et on consommerait moins (car le consumérisme est comme la boulimie, il vient tenter de combler un vide, un mal-être).

    Désolée pour le pavé. J'espère qu'il t'aura aidée à remonter. N'espère plus, ose la foi.

      • Mercredi 11 Septembre à 18:03

        Bonjour ! Pardon du délais de réponse, j'avais effectivement lu ton très long commentaire, mais je n'avais pas l'énergie d'y répondre (d'ailleurs, je n'ai répondu à personne, je suis en train de tout rattraper, hop hop hop !)

        Honnêtement, je ne le prends pas comme une critique car c'est quelque-chose dont je suis au courant (remarque, tu me diras, il peut être difficile de passer à côté du fait que l'on ne s'aime pas). Mais j'essaie de travailler dessus et je trouve que j'ai déjà fait quelques progrès par rapport au passé, on verra bien jusqu'où j'arrive à aller :) Je penserais aux énergies de l'univers, j'espère pouvoir y apporter ma dose de positivité un jour.

        Je comprends pourquoi tu as pensé cela (d'ailleurs, c'est quelque-chose que je pourrais très bien me dire), d'abord je voudrais te féliciter par ta réussite ! Je te répondrais que pour le moment, je cherche encore ce que j'aime faire, car hormis quelques activités je passe beaucoup de temps à dormir. Mais bon, je pense que comme pour le reste, ça peut être une démarche qui prends du temps : j'ai toujours pensé que je voulais faire de l'art, et finalement, ce n'était pas le cas. Je vais tenter autre chose dans la même branche, et on verra bien si ça me va (ou pas) - au pire, je connais un prof de philo qui a décidé de devenir maçon à genre 40 ans donc je me dis que j'ai encore un peu le temps d'évoluer, si le changement climatique nous flingue pas tous d'ici l). D'ailleurs, j'ai décidé de passer un peu moins de temps à dormir et plus de temps à faire plus de trucs (là en ce moment je cherche un stage, un sujet de mémoire et jprépare la rentrée d'une asso de ma fac, jvais ptêtre même pouvoir rédiger des articles dans le journal de la fac, je croise les doigts), j'espère que ça m'aidera à trouver une voie (ptêtre même la mienne, qui sait).

        Merci en tous cas pour ton ptit mot qui est tombé beaucoup plus à point que tu ne le pensais !!!

    4
    Mardi 3 Septembre à 09:55

    Bonjour bonjour,

    oui, je pense qu'on a chacun nos bonnes raisons pour progresser... mais dans nos domaines préférés.

    Dommage : les maths et les Sciences ont longtemps été LA seule référence valable : heureusement que d'aucuns ont eu envie de faire autre chose, ne serait-ce que par passion !

    Et c'est tant mieux smile

     

      • Mercredi 11 Septembre à 18:05

        Bonjour à toi !

        Je trouve ça dommage : d'ailleurs, quand on voit les remarques qu'on se prend quand on étudie les lettres, je me dis que certains feraient mieux de regarder un peu ailleurs (n'ont-ils que la science et les maths dans leur vie ???? Ne font-ils rien d'autre ???? c'est à se demander).

        Je suis entièrement d'accord ! la vie serait fade sans tout ce que les gens passionnés nous apportent ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :