• Comment j'ai choisi mon master

    Aujourd'hui, cela va faire à peu près une semaine que j'ai reçu mes affectations en Master : pour ceux qui ne le savent pas, on constitue des dossiers (un par formation) que l'on envoie.

    Deux mois plus tard (dans mon cas), on reçoit par mail un petit message propret qui nous informe de si on est retenu ou pas.

    À ma grande surprise, j'ai été retenue partout (il faut dire que les formations que j'ai demandé n'étaient pas particulièrement sélectives).

    (Pourquoi ai-je été surprise me direz vous alors ? Ma grande amie l'anxiété).

    Il fallait donc faire un choix : mais comme dit précédemment, j'ai candidaté partout juste par sûreté. Les formations me plaisaient également. Il fallait donc départager des formations que je n'avais déjà pas été fichue de départager au moment de ma candidature.

    Fichtre alors*
    *(ce qui, loin du filtre de politesse apporté par la rédaction de ceci sous forme d'article, a sûrement donné sur le moment quelque-chose comme "sa mère").

    Je me retrouve donc avec quelques jours pour choisir entre une formation à Grenoble et une à Montpellier.

    Je médite longuement. Je regarde les plaquettes. Je me dis que plus je les regarde, plus j'ai l'impression que c'est la même chose. J'envoie un message à mon copain qui me répond :

    "Ah oui, je connais ce sentiment. Mon cerveau fait ça quand je ne veux pas prendre de décision"

    Serais-je victime d'un biais cognitif généré par mon cerveau pour se protéger d'une décision trop difficile à prendre ? A ce moment-là, je me dis quelque-chose comme

    Fichtre alors*
    *(ce qui, loin du filtre de politesse apporté par la rédaction de ceci sous forme d'article, a sûrement donné sur le moment quelque-chose comme "bordel fait chier").

    Qu'à cela ne tienne : je ne me laisserai pas avoir ! Alors je continue ma méditation. Je recopie les plaquettes : j'espère qu'en les fixant suffisamment, j'aurais une sorte d'illumination.

    Je ne trouve pas. Je descends au salon prendre un thé. Je dis que je ne sais pas quoi faire concernant mes masters : à cause du ventilateur (motivé par le pic de chaleur), ma mère n'entends que la première partie et me suggère que nous allions à la mer. Nous allons à la mer.

    Je commence Good Omens

    Je ne trouve pas (mais je trouve Good Omens très drôle).

    Pendant ce temps, la France entre en alerte rouge canicule. Dans l'Hérault, je département où se trouve mon université, on annonce un pic de chaleur pouvant aller jusqu'à 46°c localement. Les fortes chaleurs ont raison des climatiseurs de la salle des serveurs de mon université, provocant ensuite la coupure de tous les équipements informatiques de l'univeristé pour le week-end.

    Sur ces serveurs se trouvent toutes mes informations pour valider ma candidature à Grenoble (ce qui doit être fait avant mardi).

    Je dis : "ce serait drôle que je me retrouve à Montpellier à cause d'une panne informatique"

    Je ne trouve pas ça drôle du tout.

    Je continue de contempler mes plaquettes.

    Mon père m'appelle "Montpellier ce serait quand même plus simple" "je ne vais quand même pas me retrouver à Montpellier par flemme". Je lui dis qu'il sera le premier informé quand je prends ma décision.
    En fait, j'ai dit ça à un peu tout le monde, mais bon, on sait tous que ces formules pompeuses relèvent du pieu mensonge. Ce n'est pas très grave, car il a l'air nettement plus préoccupé par le fait que toutes les tortues aient décidé de pondre en même temps. Il y a environs 20 œufs, ce qui fait beaucoup beaucoup de tortues.

    Misère !*
    *(ce qui, loin du filtre de politesse apporté par la rédaction de ceci sous forme d'article, a donné exactement la même chose, car je dois être la seule personne de moins de 80 ans à encore utiliser misère à l'oral. J'ai cependant ajouté qu'au pire, on pourrait faire de la soupe).

    .Lundi matin arrive. Les équipements informatiques de l'université son rétablis. Je regarde la procédure de première inscription à Grenoble : elle est très compliquée.

    Je montre enfin les deux plaquettes à ma soeur : "tu ne trouves pas que c'est presque la même chose ?".

    Elle regarde, fait une référence au mot croustilune, puis me dit que si.

    Bon bha, ce sera Montpellier du coup. Tellement plus pratique.

    "L'histoire du bug informatique est quand même plus drôle, ça fait une bonne accroche pour ceux qui écriront ta biographie" comme si je racontais pas déjà assez ma vie ici.

    Tout ça pour ça. Dans ma tête, c'est tellement bizarre que c'est comme-ci j'avais encore à choisir.

    « (spoilers) Idées en vrac sur la lumière dans le premier arc de The Promised NeverlandEt si on parlait de Good Omens ? »
    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 1er Juillet à 21:52
    Comme je comprends, je ne suis moi-même pas très douée pour prendre des décisions, surtout lorsqu'elles sont importantes.

    Au final quand il s'agit des études, si les deux formations sont vraiment similaires il est vrai qu'il faut choisir par rapport à d'autres critères. Cela peut être le coût de la vie dans la ville, la situation familiale... Et si au final c'est Montpellier parce que c'est plus pratique ce n'est pas forcément un choix "par flemme" mais un choix basés sur d'autres critères que les études.

    En tout cas j'espère que ça se passera bien !
      • Lundi 1er Juillet à 23:57

        Oui ! C'est vraiment dur de se décider, surtout quand au final les deux choix se valent à peu près (c'était le cas ici). Je trouve ça dur de savoir quel sont les autres critères qui valent le coup d'être pris en compte, et ceux qui ne le valent pas. J'espère ne pas m'être trompée en tous cas ! J'ai déjà étudié à Montpellier 3 ans, j'y ai ma soeur et c'est assez proche de chez moi, niveau praticité on peut difficilement faire mieux je trouve ^^

      • Mardi 2 Juillet à 17:56

        Oui je comprends. Je pense que les autres critères dépendent des gens, par exemple quelqu'un qui souhaiterai plus s'éloigner de sa famille pour x raison aurait choisi Grenoble x)

        Bah si les 3 ans que tu as déjà passé à Montpellier t'ont plus je ne vois pas pourquoi tu te serais trompé. En plus du coup tu as tas sœur et tu es pas loin de chez toi pour le moindre problème !

      • Vendredi 5 Juillet à 19:55

        Oui! En l1 j'avais le même choix à faire, et j'ai fait le choix de m'éloigner (à Montpellier) plutôt que de rester chez moi !

        Oui ! Et puis je connais à peu près les professeurs, je sais que ce sont de bons profs donc c'est rassurant ! Même si je ne doute pas de la qualité de l'enseignement de Grenoble (en plus j'aime mieux la répartition des cours sur les semestres à Montpellier, du coup c'est tout bénef au final)

    2
    Mercredi 3 Juillet à 08:22

    Il faudrait tellement rédiger ce genre d'anecdote sous forme de BD épique. xD J'achèterais tout de suite! (enfin nan, parce que je suis pauvre, mais voilà. Fichtre./pan/)

    La décision n'a pas eut l'air simple, mais si ça a l'air d'être a peu près la même chose, oui, autant choisir le plus pratique. :D Et au pire, si ça passe pas du tout, comme ça tu pourras allez voir ailleurs. C'est l'avantage d'avoir le choix!

      • Vendredi 5 Juillet à 19:50

        Hahaha en vrai je les rédigeais sous forme de bd avant, faudrait que je m'y remette ! (j'ai perdu la motivation mais le ton ça me rassure quelque part ! (tkt pareil mdr)

        Oui c'est ce que je me dis ! J'ai l'avantage d'avoir un dossier qui ne soit pas trop mauvais (voire relativement bon), autant profiter d'avoir le choix je me dis. Et au pire si tout me gonfle, je me rebarre un an en erasmus /pan/

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :