• Lisse 
    J'avais pas de photo bien sous la main alors j'ai pris la photo de la rue où je prenais le bus mdr

    Bonjour à tous !

    Comme vous le savez déjà, je suis rentrée il y a de ça presque deux mois (oh le déni) du deuxième pays européen du fromage, j'ai nommé : les Pays-Bas. Un an, c'est à la fois très long et très court... Même s'il est difficile de perdre toutes ses habitudes de français, il est aussi difficile de ne pas prendre des habitudes propres au pays où l'on vit. Et forcément, quand ça rentre, ça fait bizarre... Du coup, j'ai décidé de faire le point sur les choses qui me manquent (ou pas).

    Avant de commencer, je tiens à préciser que j'habite dans le sud de la France - il y a donc des choses qui se font ou se trouvent en Belgique ou dans le nord, mais pas du tout chez moi ! J'habite tout près de la frontière espagnole, tout est au sud de chez moi (et les spécialités locales ressemblent à ce qu'on peut trouver dans certains coins de l'Espagne, histoire commune oblige).

    #1 - La nourriture

    Je sais, les Pays-Bas ne sont pas réputés pour leur gastronomie : mais ça ne veut pas dire que tout est à jeter ! Le pain de mie est l'aliment national - au point que lorsque l'on mange un sandwich, on mange littéralement "du pain". Ma colocataire néerlandaise appelait d'ailleurs les sandwiches pain même en anglais à causé quelques malentendus, du type "quoi, comment ça, les parents ne donnent que du pain complet à leurs enfants pour manger le midi ?". Cela fait que l'on trouve énormément de choses à tartiner (des salades, du thon en salade, du gouda) - et c'est très pratique ! Les magasins néerlandais vendent aussi beaucoup de légumes frais en sachets et déjà coupés, ce qui est super pratique quand on a pas le temps de cuisiner (ou juste la flemme). Certains plats, comme le Stamppot (mélange d'endives cuites, de pommes de terre, d'épices servie avec une saucisse) ou les oliebollen (beignets de pate frite avec des raisins secs servi saupoudré de sucre glace dans la rue aux alentours de la Saint Sylvestre) ont leur charme par les très longues nuits d'hiver néerlandaises. Mis à part le gouda, il est assez difficile de trouver ces choses en france, à moins de les faire soi-même !

    #2 - L'ambiance pendant les fêtes

    Les néerlandais ne rigolent pas avec les fêtes de fin d'année ! Et pour cause : ils célèbrent la Saint Nicolas et Noël, ce qui ne se fait pas du tout chez nous. Du coup, les décorations fleurissent bien avant chez nous, et les festivités commencent bien plus tôt, la saint nicolas étant aux alentours du 3-4 décembre. De nombreuses villes célèbrent l'arrivée (à bateau) de Sinterklaas et son acolyte, Zwarte Piet. On trouve aussi à cette période beaucoup de gâteaux traditionnels, notamment les speculoos. Si la fête fait aujourd'hui débat - les représentations de zwarte piet donnant lieu généralement à des blackfaces ou à les représentations modernisées d'un blanc recouvert de suie ont toutes les deux leurs adeptes et leurs détracteurs. Un conseil : si vous abordez le sujet au Pays-Bas, esquivez poliment le débat sur la question si vous n'êtes pas d'humeur à avoir une discussion animée, car c'est un sujet qui touche de près ceux que j'ai rencontré. Mis à part ça, l'ambiance est vraiment très différente de là où je vis : avec le gel, la neige, le froid, les lumières et l'ambiance, j'ai vraiment eu l'impression d'avoir un hiver et j'ai pu sentir l'approche de Noël comme dans les films, avec un thé, des chaussettes doudou et des fanfictions niaises. Je sens que ça va me manquer cette année ! 

    #3 - Les aménagements cyclables 

    Il faut bien que les clichés viennent de quelque-part : si un des symboles des Pays-Bas est le vélo, ce n'est pas pour rien ! La plupart des gens que j'ai rencontré possédaient plus d'un vélo, et les places dans les parkings dédiés sont chères (bien que pas impossible à trouver, car les dits parkings sont généralement très grands). Certains endroits ont même des parkings souterrains pour vélos : on en trouve dans la capitale, mais aussi près de logements ou de l'université de la ville où j'étudiais, qui n'était pourtant pas si grande que ça (entre 100 000 et 200 000 habitants). Il y a des pistes quasiment partout, c'est très intuitif et visible (pas comme chez nous) et on s'y sent en sécurité : d'ailleurs, les pistes font le tour du rond point et les cyclistes y ont la priorité, ce qui est assez pratique quand il y a du monde. De manière générale, les villes que j'ai visité sont bien mieux conçues et permettent d'avantage la cohabitation entre les piétons, les vélos, les scooters et les voitures que les villes françaises.

    #4 - Être beaucoup trop petite, partout

    Une chose ne me manquera pas : la différence de taille entre moi et les néerlandais. En effet, les Pays-Bas détiennent le record du pays avec la plus grande moyenne de taille en Europe : j'aurais peut-être du réfléchir à cela avant d'y aller avant mon mètre cinquante (et un !). Résultat, je ne pouvais pas acheter de vêtements dans la plupart des magasins, et j'ai eu beaucoup de déconvenues au moment de me recoiffer... Je n'ai pas pu retrouver toutes les photos postées sur mon Twitter, mais en voici une partie : 

     
    Le miroir du logement que j'ai loué avant d’aménager

    Top des trucs qui me manquent depuis que je suis rentrée des Pays-Bas
    À la fac, il fallait se tenir très près

    Top des trucs qui me manquent depuis que je suis rentrée des Pays-Bas
    Dans un restaurant à Rotterdam


    J'ai voulu me remaquiller avant un partiel... J'ai finalement opté pour la caméra de mon téléphone

    (Les deux rayons du haut de la bibliothèque m'étaient totalement inaccessibles, mais je n'ai pas posté la photo parce que je crois que c'est interdit et je ne veux pas de problèmes pour un truc aussi débile)

    En rentrant en France, j'ai nettement vu la différence, et je me suis tout de suite sentie moins petite. Enfin, petite quand même, mais pas miniature !

    #5 - La fac

    L'université de Leiden (Leiden universiteit pour les intimes) est une fac vraiment réputée : de manière générale, les universités néerlandaises sont vraiment très bien classées à l'international et les néerlandais sont fiers de leur qualité. Cela se voit dans le matériel ou à la bibliothèque : il y a beaucoup d'ordinateurs et d'imprimantes, c'est très accessible et ouvert longtemps (jusqu'à minuit). Il y'a de nombreux toilettes, qui ne sont pas trop sales et faciles d'accès (lorsque l'on est valide). L'ent et la gestion des documents mis en ligne est aussi  nettement meilleure que celle de ma faculté en france : je pense que je vais avoir un véritable choc en rentrant ! Aussi j'ai trouvé que l'enseignement était nettement plus exigent et de meilleure qualité. La mentalité n'est juste pas la même, je pense. Mais rassurez vous, la fac est la fac et il y a aussi des profs ennuyeux. Après, j'aime beaucoup mes profs et ma formation en France, donc je ne voudrais pas cracher dans la soupe ! D'ailleurs en parlant de soupe, la cafet en offrait à 90c centimes le grand verre et c'était vraiment cool, j'aimerais bien qu'on ai ça chez nous...... En passant, cela à un coût : les études sont très onéreuses si l'on veut reprendre des études ou se réorienter. Le prix est divisé en grande partie si on fait une licence puis un master de manière traditionnelle après le lycée, mais il reste quand même élevé (entre 1000 et 2000e). Si je fais cette article au lieu de vous parler de mon futur master aux Pays-Bas, ce n'est pas pour rien mdr

    #6 - Le système de transports

    La couverture dépend évidemment de là où on vit : j'étais en plein milieu du Randstad (région la plus peuplée et la plus dynamique des Pays-Bas, qui regroupe des villes comme Amsterdam, Utrecht ou La Haye), c'est à dire bien loin des régions les plus rurales. Je pouvais donc me déplacer de manière trèèèès aisée, tandis que je viens d'un endroit assez isolé en France. En plus, il est possible d'utiliser la même carte pour le bus et le train, il suffit juste d'avoir de l'argent dessus et hop ! Tu peux partir où tu veux sans billet. Le coût est assez élevé, mais les étudiants néerlandais ont droit à 5 ans de transports gratuits, ce qui aide un peu (pour vous faire une idée, je payais entre 3,20e et 3,60e le trajet de 45min en bus : je payais entre 6,40e et 7,20e la journée de cours, sans abonnement possible. C'est énorme).

    #7 - La proximité

    On ne va pas se mentir : les Pays-Bas sont vraiment un petit pays. Du coup, beaucoup de choses sont assez près en terme de distance pour visiter ! Les villes sont aussi aménagées de manière plus humaine, et sont pour la plupart praticables sans voiture, à pied où à vélo (je recommande le vélo). Cela change vraiment ! Aussi il n'y a pas de grands centres commerciaux comme ici : il y a des chaines de magasins pour l'alimentaire, d'autres pour les cosmétiques... Du coup, tout est un peu plus à taille humaine. J'étais très incommodée au début, mais maintenant, je pense que je préfère ce système à nos immenses magasins en périphérie.

    Enfin voilà ! Je pense que j'ai fait le tour. Je pense qu'on voit à mon article que j'avais envie de rester là-bas (lol). Je suis en train de faire mon deuil, mais je suis vraiment très contente d'avoir pu découvrir un tel endroit et vivre une telle expérience ! J'espère pouvoir y retourner en tant que touriste un jour o/ On se retrouve bientôt pour un autre article !

    Mrs Swadloon

    Ps : il s'agit d'un article programmé, je l'ai rédigé le même jour que mon bilan car j'étais motivée, mais je ne voulais pas poster deux articles le même jour. J'ai mis 10h pour qu'il soit posté quand je me lève, car ça me frustre d'avoir des articles terminés hors ligne... Je suis une enfant.

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  • Tamen de Gushi

    Bonjour à tous !

    Ce mois-ci, cela fera bientôt six mois que je suis retournée sur la plateforme ! Et comme mon blog a moins d'un an, il est encore socialement acceptable de fêter des demi-anniversaires (c'est le 19, pour les curieux). J'avoue être la première surprise, car je ne pensais pas que ce blog durerait si longtemps - comme quoi six mois, ça passe vraiment vite ! Je voudrais faire un intermède très niais et remercier tout le monde ici, notamment mes anciennes connaissances qui ne m'ont pas laissé flop sur la plateforme, et mes nouvelles connaissances qui me donnent des retours ou me soutiennent sur Twitter ;o; ♥ Je pense que je ne retrouverai jamais les visiteurs ou la popularité qu'avait pu avoir mon ancien blog durant sa belle époque, mais j'avoue être beaucoup plus à l'aise ici pour mon retour. Je pense que repartir de zéro, mais sur la même plateforme, était vraiment la bonne solution et je suis contente qu'elle me soit venue à l'esprit au bon moment. Je pense que dorénavant je posterai tous mes projets sur ce blog, quitte à ce qu'il soit assez fourre-tout  (un peu comme l'ancien au final, on ne se refait pas).

    Pour ce qui est de l'activité, il y aura sans doute une baisse de publication et/ou un changement de ton vers septembre, car je vais passer aux choses sérieuses en master, avec ce que ça implique ; concours, stages, mémoire à rédiger... Je vais essayer de me trouver une planque un avenir tout en continuant à vous partager mes découvertes ici, mais je préfère prévenir, car je suis coutumière des disparitions saisonnières. 

    Bref, je suis très contente d'être retournée ici, et j'espère être là pour pouvoir dresser un nouveau bilan dans six mois (j'ai dressé quoi là au juste ? Chuuuut). En attendant, on se dit à la prochaine ~

    Mrs Swadloon

    PS : je signe mes articles uniquement parce que je trouve ça trop brutal de partir juste après les salutations mais je ne savais pas quoi mettre... Il fallait que je me confesse, il est temps maintenant je pense...

    Partager via Gmail

    19 commentaires
  • Chômage technique

    Juste quelques lignes pour vous informer que demain je donne mon ordinateur au sav et que je pars chez mon père à 300km du dit sav pour entre 2 et 3 semaines… J'aurais un ordinateur mais il chauffe beaucoup (pratique par ces fortes chaleurs) et qui est plus lent du coup je ne peux pas garantir qu'il y aura des articles durant cette période ! Mais je passerai sans doute voir ce que vous faites de beau et vous répondre. Si jamais je poste un article dites vous que je me serais sans doute ébouillanté les cuisses pendant le processus de rédaction

    (Press f to pay respect)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • J'ai été aux Déferlantes et c'est plutôt coolos Bonjour à tous !

    Aujourd'hui je vais vous parler vite fait du festival des Déferlantes d'Argelès, auquel j'ai eu la chance d'aller pas mal de fois maintenant (dont au moins deux fois rien que pour voir Shaka Ponk, un de mes groupes préférés - si vous ne connaissez pas, vous devriez définitivement jeter un coup d'oeil ! En plus, c'est made in France). Avant de commencer, je voudrais m'excuser pour mon choix d'image, qui n'illustre rien du tout : c'est juste que j'ai totalement oublié de prendre des photos.

    Pour ceux qui ne connaissent pas déjà, les Déferlantes est un festival de musique en plein air, qui s'étale sur quatre jours - traditionnellement du vendredi au lundi, ou plutôt au mardi si l'on est un peu tatillon sur les horaires (car les concerts sûrent souvent jusqu'à bien après 1h du matin). La programmation est assez diverse : le festival comporte 4 scènes : les deux principales, qui sont à côté pour que les gens puissent suivre tous les concerts principaux sans bouger; une scène découverte, qui permet de suivre des petits artistes avant que les concerts débutent sur les grandes scènes; et une scène dédiée à des représentations de dj. Le tout tient aussi grâce à une équipe de bénévoles (notamment les parkings et les buvettes), qui font un travail assez usant, notamment sous le climat du sud de la France qui est loin d'être clément avec eux en cette période. Le tout tient aussi grâce à une équipe de bénévoles (notamment les parkings et les buvettes), qui font un travail assez usant, notamment sous le climat du sud de la France qui est loin d'être clément avec eux en cette période (ça cogne vraiment vraiment fort). 

    L'avantage de ce festival, c'est qu'il te fait découvrir les joies de la cohabitation dans un espace restreint (big up aux gens juste devant moi qui ont littéralement agressé tous ceux qui osaient marcher sur leur serviette alors que le festival était blindé), des aléas météorologiques (un seul jour de pluie ce mois-ci, et forcément, il fallait que ça tombe dans le festival) et de la poussière : l'eau de ma douche est sorti marron après une journée sur place. L'an passé, mon copain nous avait d'ailleurs forcé à quitter précipitamment le concert de The Prodigy (rest in peace) à cause d'une crise d'asthme - l'ironie du sort à voulu que notre sortie se face sur une chanson intitulée "Breathe". Malgré ces petits désagréments, il s'agit quand même de quelque-chose de sacrément cool : l'ambiance est vraiment bonne, et surtout, on découvre plein de choses. En effet, la programmation du festival à tendance à programmer des artistes assez différents le même jour - ainsi, nous avons eu la surprise d'apprendre que le samedi, les ZZ Top avaient été programmés le même jour que Zaz et Patrick Bruel (qui sont aussi de très bons artistes, mais bon, ce n'est peut-être pas la première association qui me serait venu à l'esprit). Le dimanche, c'était The B52's et Supertramp qui étaient programmés le même jour que IAM, Therapie Taxi ou encore Gringe (que je n'aurais jamais pensé que ma mère aimerait voir en concert). Globalement, j'ai souvent découvert ou pu voir des artistes que je n'aurais pas pu voir en concert autrement (voir Orelsan et The Prodigy le même jour, c'était vraiment inespéré) pour des prix vraiment attractifs. On peut même se caler ailleurs dans le festival ou venir/partir plus tôt si on a pas envie de tout faire - et vu le nombre de grands noms pour genre 50 boules (Thirty seconds to mars, zztop, macklemore etc), ça vaut vraiment le coup.

    Pour les curieux, vous pouvez jeter un oeil à la programmation de cette année ici.

    Bref, si vous voulez découvrir des ptits trucs sympas, vous éclater en concert et que la poussière ne vous fait pas peur, n'hésitez pas à vous réserver une journée pour aller aux Déferlantes si vous passez dans le sud de la France ! On s'habitue tellement bien que ça me manque quand je n'y vais pas.

    Mrs Swadloon

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique