• (je suis toujours en vie, je reviens bientôt)

    Partager via Gmail

    9 commentaires
  • tulipe Le printemps aux Pays-Bas, c'est vraiment chouette ! tulipe

    Je sais que je me répète mais je peux voir les champs de tulipes tous les jours en prenant le bus pour les cours ! 
    (J'habite juste à côté du Keukenhof, un jardin de fleurs magnifique où se trouvent plein de tulipes et où il faut que je traine mon copain par la peau des fesses)

    Dès Février, on commence à espérer la fin de l'hiver en voyant les petits crocus sortir courageusement de terre : avant de se faire tristement massacrer par les orages de grésil :( (rest in peace)

    Mieux que les champs de tulipes, les champs de Hyacinthes : les jours de soleil, le vent vous apportera leur odeur pendant que vous faites du vélo. Les hyacinthes, on les sent avant de les voir, et elles aussi ont de très belles couleurs. 

    Partout partout partout, près de tous les canaux de campagne, poussent des narcisses ! C'est vraiment un régal

    Les habitants ont souvent des jardins très fleuris ! Au détour d'une rue, on voit parfois les pétales si caractéristiques des cerisiers au sol. 

    En plus, les jours se rallongent et se dégagent : on commence à ravoir de belles journées ensoleillées et il ne fait plus nuit quand on passe à table.

    Enfin bref, le printemps ici, c'est super quand on aime les fleurs comme moi. Je serais presque triste de voir l'été arriver... Ça vaut vraiment la peine de se taper les cars de touristes et les bateaux de plaisance. 

    (oui j'aurais pu poster des photos, mais j'en ai pas encore des bien)

    Le printemps aux Pays-Bas, c'est vraiment chouette Si jamais tu as trois minutes à perdre, écoute ceci Le printemps aux Pays-Bas, c'est vraiment chouette
    (je m'en lasserai jamais, j'aime l'idée d'être une très jolie fleur)

    cerisier

     

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • Are you alive ? 

    Bonjour à tous ! 

    Je ne sais pas si c'est juste moi, mais lorsque je commençais à vouloir de mon blog une chose sérieuse, j'ai décidé de demander au Saint Google ce que je pouvais faire afin d'obtenir plus de visiteurs et les fidéliser. J'ai pu alors trouver sur internet une foule de conseils destinés aux personnes se lançant dans le blogging : avec l'arrivée des revenus publicitaires sur de nombreuses plateformes, il n'est pas étonnant que beaucoup de personnes aient désiré faire de leur blog quelque-chose de rentable. J'avoue que mon titre va un peu loin : j'aimerais pourtant qu'ils se présentent moins comme quelque-chose qui se doit d'être respecté à la lettre. Il y a t'il une recette miracle pour faire de votre blog quelque-chose qui aura du succès ? La réponse est non. Sinon, je pense qu'à peu près la moitié d'Eklablog serait devenu riche suite à l'implantation du partenariat publicitaire (spoiler alert  : ce n'est pas le cas). 

    J'admets que ces conseils ne sont pas totalement dénués de sens. Il est vrai que pour se construire une audience, il convient de publier régulièrement : bien souvent, un seul article par semaine ne suffit pas. Pourtant, je trouve que ce type d'injonctions à la publication d'articles quoi qu'il arrive, à grand coup de programmation, planning etc. un peu artificielle. Si cela fonctionne au niveau des chiffres, cela ne me procure aucun plaisir. Or tout le problème est là : pour moi, bloguer doit avant tout rester un plaisir. Si ce qui me plaît me permet de faire des visites - j'avoue avoir été vraiment très satisfaite quand j'ai quelques de mes articles ont eu du succès - tant mieux ! Mais je trouve ça totalement inutile de se forcer à publier si l'on en a pas envie. Ce n'est pas parce qu'on a envie d'écrire un seul article par mois ou toutes les deux semaines que l'on est pas blogueur : la fréquence ne définit pas la validité et la joie que vous procure votre projet. Au contraire, la publication forcée à mon sens nuit à un blog qui débute, car elle donne des articles plats et vides de sens qui n'apportent aucun plaisir à la lecture.

    Il en va de même pour la forme des articles. Beaucoup disent : investissez dans un appareil photo, faites de jolies mises en scène. Consultez des banques d'images libres de droits. Payez un web-designer. Les gens privilégient des articles qui se lisent entre tel et tel nombre de minutes, privilégiez donc un tel nombre de mots. Je comprends d'où cela vient : si vous tirez des revenus de votre blog, il faut que tout ce que vous utilisez soit libre de droits, sous peine de poursuites. Si vous ne monétisez pas, rester respectueux (en ne repostant pas de fanarts par exemple) est largement suffisant. Sinon, je trouve que faire des mises en scènes pour les livres, etc, n'est pas obligatoire. Certains ont de bonnes idées, et arrivent à faire des choses jolies : mais pas besoin pour ça d'un très bon appareil photo. Et par pitié, ne vous forcez pas à en faire si vous n'aimez pas ça, il n'y a rien de pire que des produits posés au milieu d'une mise en scène sans aucun goût et qui n'apporte rien a smilbick... "Ce qui plait sont les photos modernes, lumineuses et soignées"; honnêtement, si vous voulez juste prendre une photo de votre bouquin sur votre bureau, il suffit juste que ce soit droit et pas trop mal cadré et ça passera. Puis j'ai envie de vous dire : si vous avez envie de faire des articles qui prennent une ou dix minutes à lire, faites le. Si c'est intéressant, je ne vois pas pourquoi il faudrait se priver d'un article enrichissant, juste parce que c'est "trop long". 

    J'ai pu aussi lire : laissez des commentaires sur d'autres blogs influents, cela fait des liens pour le réferencement et en plus cela pourrait vous attirer des visiteurs. Rien de mieux qu'un commentaire pertinent sur un blog connu ! Personellement, je trouve que c'est du bullshit. Je dis bullshit mais pas seulement. Non mais on est où, je veux bien que les intéractions entre blogueurs soient importantes - mais elles devraient être motivés par ce qu'elles nous apportent en terme de référencement et de communauté ??? Et le côté humain dans tout ça ? Le blogging devrait être un moyen de faire des rencontres, des amis, on est pas en train de se faire un carnet d'adresses, que je sache ?? Je suis quoi moi, une directrice de la start-up le couverdure ?? Bha merde alors ! Pour reprendre les sages paroles d'Afida Turner : "fuck you on est des vraies personnes".

    Enfin bon, je vais sans doute avoir l'air un peu vieux jeu avec cet article, mais si vous voulez faire un blog : faites ce que vous voulez. Faites le à votre image. Si votre image est quelque-chose de propre et de professionnel, faites le. Mais si vous êtes une bordélique un peu cassée et un peu vulgaire comme moi : faites le aussi. Pourquoi investir des fortunes dans des logiciels, des gens, quand on débute à peine ? Merde alors, moi, ça fait dix ans que je blog, et j'expérimente encore des choses au niveau du format. Se forcer à rentrer dans des cases pour être productif, c'est se risquer à ne plus rien publier du tout (regardez ce qui est arrivé à mon ancien blog). Pourquoi être en tête du référencement google quand on sert une soupe insipide et déjà lue 100 fois ? C'est vraiment ça votre projet dans la vie ? A part de faire en sorte d'aimer et de s'épanouir dans ce qu'ils font, le seul conseil que l'on devrait donner aux nouveaux blogueurs et de ne surtout pas oublier de mettre une description à leurs images afin de rendre leurs blogs accessibles aux lecteurs d'écran. 

    Partager via Gmail

    10 commentaires
  • Bonjour à tous !

    S'il y a une chose que les Pays-Bas m'ont permis d'expérimenter : c'est la vie en communauté ! Quand on fait ses préparatifs pour son départ en Erasmus, il est souvent recommandé de privilégier une colocation si cela est possible, car cela permet de ne jamais être vraiment seul, même si on ne voit personne (se retrouver isoler est un véritable risque lorsque l'on part à l'étranger). Forte de ces conseils avisés, n'ayant pas du tout envie de passer un an à croupir seule chez moi et désespérée de trouver un logement potable dans un secteur croulant déjà sous les demandes, je me suis empressée de chercher un logement et en ai trouvé un avec un nombre raisonnables de colocataires : quatre. Et après quelques mois, je suis à peu près sûre d'une chose : avoir des colocataires, c'est presque comme avoir des chats. Des chats qui ne ronronnent pas et ne marquent pas leur territoire en urinant sur les affaires (encore que, ça doit arriver si l'on est particulièrement malchanceux), mais presque.

    • Je retrouve des poils partout

    J'allais d'abord écrire pour conclure mon introduction que je ne retrouvais pas de boules de poils, mais c'est totalement faux. Dans la douche, dans l'évier, dans les escaliers : entre les cheveux et les mecs qui se rasent en faisant sans doutes des mouvements similaires à ceux de Light Yagami, y'a de quoi faire. Heureusement, je ne dois pas nettoyer mon manteau, mais on y est presque !

    • Tu dois nettoyer leur caca

    Car a priori, la brosse à chiottes n'est là que pour décorer : avoir des colocs, c'est aussi nettoyer derrière eux plus que tu ne le voudrais (et c'est chiant, sans mauvais jeu de mot)

    • Parfois, ils viennent subitement demander de l'attention

    Les chats, ça aime avoir de l'attention, mais uniquement quand ça en a envie ou quand ça a faim. Eh bien, avec des colocs, c'est à peu près le même mode de sociabilité : des fois ma coloc toque à ma porte ou décide de m'adopter pour quelques heures, puis le lendemain ce sera les chaises musicales pour pas avoir à se croiser pour le repas du midi. Si le repas mets un peu de temps à arriver (on cuisine chacun notre tour), un coloc apparaîtra mystérieusement à ta porte. Et puis, comme les chats, tu sais parfois qu'ils t'aiment bien quand ils acceptent de venir faire leur vie en ta présence dans les pièces communes.  ok

    • Ils ne se rappellent jamais de leurs conneries (ou en tous cas font semblant de ne pas le faire)

    Tu pourras essayer de les tenir responsables pour le panier à linge oublié trois semaines dans une chambre ou le truc nécessaire pas racheté, c'est comme si leur mémoire oubliait subitement tout ce qui a attrait aux responsabilités

    • Ils squattent ta bouffe

    Même avec les colocs les mieux élevés du monde, il y aura toujours un moment où ils squatteront ta bouffe de manière impromptue (parfois par accident). Mais bon, il y aura sûrement un moment où tu squatteras la leur, à la différence des chats (jveux pas vous juger si vous mangez leurs croquettes ou leur pâtée mais si vous n'êtes plus à l'école primaire : est-ce que tout va bien ?)

    • S'ils te regardent un peu trop longtemps, c'est qu'ils te jugent

    Cela marche particulièrement bien dans les colocs Erasmus car aucun d'entre vous n'aura les mêmes habitudes (notamment alimentaires, mais cela marche aussi pour le rythme de vie). Du coup, même au milieu d'autres européens, tu passeras quand même pour quelqu'un de bizarre : c'est inévitable, mais on s'y fait très vite. Par exemple, j'ai pu voir le regard effaré de mes colocs lorsque je me suis servie des olives à l'heure de l'apéro - concept qui leur est tout à fait étranger - ou du Pa amb olí. Mais bon, j'ai aussi vu mes colocs mettre des petits pois dans leur sauce bolognaise ou mélanger la salade que j'avais servie en entrée dans cette même sauce donc bon, on peut dire que ça va dans les deux sens...

    • Ils ont la connerie de manière inexpliquée à 1h du mat

    Honnêtement, vu les horaires de levé et de coucher de mes colocs, je ne pensais pas entendre qui que se soit partir dans d'immenses envolées en jouant en ligne jusqu'à pas d'heure mais apparemment si. Mais bon, heureusement, c'est rare

    • Ils complotent pour se débarrasser de toi 

    Ça, tu le sais depuis que tu as entendu tes colocataires parler de récupérer ta chambre, ton téléphone ou ta fringante nintendo switch si jamais tu venais à trépasser. Heureusement, on sait tous qu'ils ne font pas le poids face à toi ! Si mon chat pouvait parler, je suis presque sûre qu'il dirait la même chose, à la différence près que même mon chat semble plus affectueux que ces bestioles ingrates.

    • Si tu ne les entend plus c'est qu'ils dorment

    Ou que ton plan pour se débarrasser d'eux avant qu'ils ne se débarrassent de toi a fonctionné. À toi la Nintendo Switch !

    • Si tu leur achète quoi que ce soit, la chance qu'ils s'en servent est minime

    Achète un arbre à chats à ton chat, et tu peux être sûr qu'il préférera leur carton à l'objet pour lequel tu t'es ruiné. Eh bien de colocs, c'est un peu pareil : tu peux acheter un ustensile de cuisine visant à faciliter la vie de tout le monde, ou une nouvelle sorte de nourriture, et tu peux être sûr que personne ne s'en servira. Parfois, je me demande comment mon autre coloc ne s'est pas résigné (un homme brave ou têtu, je l'ignore encore).

    • C'est quand même vide quand ils ne sont pas là

    Parfois, tu te surprends à te demander quand est-ce qu'ils rentrent de soirée ou de week-end - ou aussi, tu ne sais pas trop s'ils sont là ou pas. Finalement, peut-être que tu les aime un peu malgré tout..

    Partager via Gmail

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique